Informations sur l'accessibilitéPasser au contenu principal

Des activités économes

Depuis la création de la compagnie aérienne, Emirates a intégré l’exploitation d’une flotte d’appareils moderne et peu énergivore à son modèle commercial. Elle fait d’ailleurs partie des flottes de gros porteurs les plus jeunes du secteur, âgés d’en moyenne 6 ans et demi. Cet investissement continu de plusieurs milliards de dollars représente le plus gros engagement d’Emirates pour le confort des passagers mais aussi pour réduire notre impact environnemental.

Emirates a mis au point un programme complet d’efficacité en carburant permettant de rechercher activement et mettre en œuvre des mesures pour réduire la consommation inutile de carburant et les émissions sans entraver les activités.

Parmi les principales initiatives du programme, on peut citer :

  • La mise en œuvre d’itinéraires flexibles pour lesquels nous collaborons avec des prestataires de services spécialistes de la navigation aérienne pour établir le plan de vol le plus économique pour chaque vol en exploitant les vents arrière et en évitant les vents contraires et les intempéries. Nous poursuivons ces efforts depuis 2003 et travaillons également avec l’IATA pour étendre ce système au monde entier et l’intégrer aux procédures normales, le cas échéant.
 
  • La collaboration avec les prestataires de gestion du trafic aérien en vue d’établir des protocoles améliorant l’efficacité des activités. Par exemple, il peut s’agir de réduire le nombre de vols dans les files d’attente, de libérer du Free Route Airspace et de mettre au point des itinéraires plus économes.
 
  • L’introduction d’un système fiable de contrôle du carburant ainsi que d’analyses des données poussées ayant permis la réduction de la quantité de carburant facultatif embarquée par l’équipage et les distributeurs.
 
  • La mise en œuvre de pratiques permettant d’économiser le carburant lorsque l’appareil est au sol, telles que l’utilisation de groupes moteur au sol à la place du groupe électrogène auxiliaire de l’appareil et le fait d’éteindre un ou deux moteurs pour circuler au sol après l’atterrissage.
 
  • L’application de la poussée inversée au ralenti à l’atterrissage plutôt que de la pleine poussée inversée.
 
  • L’amélioration de l’efficience de chargement selon la limite idéale, ce qui permet de placer le centre de gravité plus à l’arrière et de consommer moins de carburant.
 
  • Gestion du poids des appareils – Emirates évalue constamment son offre en vol et l’aménagement des cabines pour réduire le poids de l’appareil (et donc la consommation de carburant) sans compromettre l’expérience de nos clients. Nos initiatives les plus récentes incluent l’utilisation des analyses de données et, bientôt, le Machine learning et l’intelligence artificielle pour mieux prévoir la quantité d’eau potable à emporter sur chaque vol.
 
  • Le cockpit est désormais équipé de sacoches de vol électroniques, plus légères que les sacoches traditionnelles, qui aident également nos pilotes dans les tâches de gestion du vol tout en réduisant l’utilisation de papier. 
 
  • Un appareil bien entretenu est aussi plus économe. Emirates fait appel à une technique innovante de lavage à la mousse pour nettoyer les moteurs des appareils, ce qui nous fait économiser près de 200 tonnes d’émissions de dioxyde de carbone par an sur l’intégralité de notre flotte. Nous utilisons en plus une technique de lavage à sec de nos appareils. Non seulement cette méthode permet d’économiser 11 millions de litres d’eau chaque année, mais nos appareils restent aussi propres plus longtemps. Elle fait baisser la consommation en carburant de l’appareil en évitant l’accumulation de poussière et réduit le nombre de lavages à environ trois par an. Emirates a investi dans des systèmes photovoltaïques pour fournir de l’électricité verte à deux des principaux sites de la compagnie aérienne aux E.A.U., le centre de maintenance des moteurs d’Emirates et l’Emirates Flight Catering. Ces installations devraient permettre une économie annuelle pouvant atteindre 3,8 millions de kilogrammes de dioxyde de carbone.