Politique d’utilisation des cookiesen continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Merci de cliquer sur le lien pour en savoir plus.
OK
Passer au menu principal

Système communautaire d'échange de quotas d'émission (SCEQE)

Système communautaire d'échange de quotas d'émission (SCEQE)

Malgré certaines réserves sur ce programme, Emirates a respecté le SCEQE

Le SCEQE est le plus grand programme de réduction des émissions de gaz à effet de serre au monde et est basé sur un système de « plafonnement et d'échange ». Il a été mis en place dans les États membres de l'UE en 2005. La plupart des compagnies aériennes ne souhaitent pas participer au SCEQE, car l'industrie préfèrerait mettre en place un programme mondial pour le secteur afin de réduire les émissions des compagnies aériennes. Plus de 24% des opérations passagers et de chargements d'Emirates voyagent depuis et vers l'UE. Malgré les controverses persistantes sur le programme, Emirates a totalement respecté le SCEQE en soumettant ses plans d'émissions et de tonne-kilomètre ainsi que ses rapports, incluant celui concernant les émissions de 2013, à l'Agence environnementale du Royaume-Uni, l'organisme régulateur d'Emirates représentant le SCEQE.

Les deux points sur lesquels Emirates est en désaccord avec le SCEQE sont les suivants:

  • De nombreux États de l'UE, comme le Royaume-Uni, ont indiqué que tout l'argent récolté par le programme serait alloué au profit général.Ceci est totalement contraire aux intentions de la directive de la CE, qui souligne que : « ... les revenus devraient être utilisés pour résoudre les problèmes posés par le changement climatique en UE et dans les pays tiers... ainsi que pour financer la recherche et le développement pour réduire et adapter les émissions, en particulier, dans les domaines de l'aéronautique et de l'aviation... »
  • Un grand nombre d'États de l'UE, dont le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Autriche, ont appliqué des taxes « environnementales » supplémentaires, que l'industrie aérienne et ses utilisateurs doivent payer plusieurs fois en UE pour les émissions qu'ils produisent.
Environmental Report 2012-13